Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : information à Belverne
  • : Développer l'expertise citoyenne. Permettre aux habitants d'un petit village de prendre part à la gestion de leur commune. Services publics, chantiers, urbanisme, budget..., chacun peut s'informer, réfléchir, se forger une opinion sur les sujets dont débat le conseil municipal au niveau local et aussi plus globalement comprendre les grands enjeux du Monde en pleines tribulations...
  • Contact

Recherche

Avis !

 

zone-hors-tafta.png 

 

      

     

 

 

 

 

 




 

26 novembre 2021 5 26 /11 /novembre /2021 19:54

Compte rendu de la réunion du conseil municipal,
  du vendredi 22 novembre 2021
Un Conseil d'anthologie,
et c'est peut-être le dernier avant longtemps;
PaSS NAZItaire oblige!

L'ordre du jour de cette réunion était succinct, "Revalorisation du taux de la taxe d'aménagement", et la réunion promettait d'être courte, mais ce sont les questions diverses, avant, et surtout, après avoir épuisé l'ordre du jour, qui allaient constituer le plat de résistance...

EN ATTENDANT LA REUNION
En attendant 18h30, au fur et à mesure que les conseillers  arrivent, la boîte de masques placée en bout de table, rappelle que la muselière est à nouveau obligatoire. Chacun y va de sa petite boutade; résigné, "C'est comme ça!", obéissant, "C'est la loi!", silencieux "...!", contraint, "Sinon je ne peux plus rendre visite à la mamie à l'EHPAD", prophétique, "il va être mis à jour, il faudra être vacciné pour participer aux réunions du conseil !", fataliste, "Je ne viendrai plus!" ironique, "pour être protégé comme Castex!",... Volontaire, "j'en connais qui ont été hospitalisés, alors...", Avec 9 personnes, on trouve à peu près tous les profils de la population générale réunis autour de la table. Curieux, "Comment chacun explique-t-il qu'il soit prêt à se faire injecter un produit expérimental (AMMconditionnelle) dont on a la preuve jusqu'au plus haut niveau de l'état qu'il ne protège de rien, pas même le premier ministre, ni de la contamination, ni de la transmission. Apparemment, plus personne ne semble croire encore à une véritable efficacité, mais désormais, et à défaut de mieux l'argument restant est que l'injection protégerait des formes graves... Cette allégation ne tient pas plus debout que les précédentes comme l'a montré par exemple le rapport du 06/08/21 (pages 18 et 19) du Public Health England. En effet, en Angleterre, du 1er févier au 2 août 2021, sur les 742 morts covid recensés il n'y avait que 253 personnes non vaxxinées; et dire que les 489 autres étaient persuadées qu'elles étaient protégées contre les formes graves, les malheureux!

Une nouvelle campagne de vaccination (1ère, 2ème, 3ème dose...) précède et accompagne systématiquement une "nouvelle vague"...! Ci-dessous, en Israël, on observe la concomitance parfaite entre chacune des trois premières campagnes de piquouzes, et les vagues épidémiques successives qui les accompagnent.

https://ds1.static.rtbf.be/article/image/770x433/0/5/3/824d88ce4c7956c43d699dda79796443-1630595970.jpg


Mais il n'y a pas besoin d'aller si loin, le phénomène est identique en France; il suffit de regarder autour de nous. Les résidents des EHPAD qui ont été les premiers à recevoir la troisième injection, ont massivement contracté la maladie dans les jours et les semaines qui ont suivi (18 malades à Giromagny, 25 à Vesoul fin novembre).

A l'heure où le sinistre de la santé, Véran, lance la 3ème dose pour tous, et avant de (se) sacrifier au nouveau rite bisannuel pour la troisième fois, n'importe quel esprit curieux devrait consulter des médias hors de France comme par exemple le site de la RTBF, en français donc, ou celui du NEW-YORK Times, en anglais, pour savoir ce qui va se passer... ou ce qui se passerait si on laissait les médecins prescrire les bons médicaments (qui protègent effectivement); c'est à lire, en anglais, dans le Hindustan TIMES" par exemple. Ce journal rapportait le 18 octobre que dans l'Uttar Pradesh en Inde, l'un des états qui utilisent systématiquement l'Ivermectine (pour les malades ET leur entourage), et bien qu'il soit le plus peuplé du pays, quarante-deux districts sur soixante-quinze étaient désormais "covid-free", dix-sept n'avaient qu'un malade et que sur 200 millions d'habitants, il n'y avait que 123 malades hospitalisés et aucun mort à déplorer dans les dernières 24 heures.

Probablement que les trois quarts des personnes autour de la table ne peuvent admettre, ni même concevoir qu'en occident, la dictature sanitaire qui nous interdit l'accès aux traitements du Covid, soit capable de laisser mourir, privés de traitements, les personnes fragiles, pire, que l'action maléfique de nos gouvernements ait pu être totalement préméditée, planifiée, organisée... Dans le cadre d'une discussion informelle, il n'est pas possible d'exposer des documents absolument incontestables qui attestent du fait que l’instrumentalisation de "maladies inoculées" avait été envisagée de très longue date, ainsi que le rapporte le fameux ouvrage, publié officiellement en 1903 et qui en train de devenir prophétique: (Dixième protocole: il faut que dans tous les pays on trouble continuellement les relations qui existent entre le peuple et les gouvernements, les hostilités, les guerres, et même le martyre de la faim et du besoin, des maladies inoculées...). Au fil du temps et au fur et à mesure que les choses se sont mises en place, des "fuites" organisées ont commencé à familiariser les "élites" avec le concept. C'est par exemple ce qu'a fait Jacques Attali dès 1979, dans une vidéo qui ne nous était pas destinée et que ceux qui veulent conserver leurs illusions ne devraient pas regarder!.


1979 : Attali explique comment la dictature sanitaire sera mise en place!

Il n'annonce pas encore "Avec le PaSS je suis libre", mais il détaille ce qui n'était encore qu'un incroyable projet: "Sous prétexte de liberté, créer les conditions de l’aliénation la plus formidable, l'aliénation par soi-même, volontaire, à une norme imposée de l'extérieur (...) On fera que, ce qui est la forme absolue de la dictature, que chacun d'entre nous ait "librement" entre guillemets, envie de se comporter comme un esclave. (...) Ce qui est fascinant, c'est que c'est à travers la médecine, à travers le Bien et le Mal, à travers le rapport à la mort que cette nouvelle forme de société totalitaire est en train de s'installer." Voilà énoncée en 1979, la véritable et profonde raison qui fait que les médecins se sont vus interdire la prescription des traitements précoces du Covid-19. C'est aussi la véritable raison pour laquelle, les Pfizer et compagnies étaient prêts si rapidement à faire des profits faramineux, c'est encore la véritable raison pour laquelle, de façon incompréhensible, ahurissante, des milliards d'individus ont été si bien conditionnés qu'ils continuent à aller se faire injecter, une fois, deux fois, trois fois, quatre fois... un produit qui, non seulement ne protège guère, pas longtemps, mais au prix des effets secondaires les plus nombreux et les plus graves dans l'histoire de la "vac6nation".
Jusque là, la kommandantur est satisfaite, tout se passe comme prévu!

 

C'est l'heure,  le clocher sonne la demi,  M. le Maire clôt la discussion qui est restée courtoise, tous respectant le choix que chacun fait en conscience et en confiance avec son médecin traitant, en fonction des facteurs de comorbidité, des pressions et des mensonges que chacun subit, ou des données auxquelles il a accès, parmi toutes les sources authentiques disponibles, même si, souvent, celles-ci sont difficilement accessibles.

 

LA REUNION
Deux conseillers absents excusés.
L'ordre du jour de cette réunion était succinct, "Revalorisation du taux de la taxe d'aménagement"

Revalorisation du taux de la taxe d'aménagement.
Cette taxe était restée en sommeil depuis des années, et pour cause, la commune n'avait pas eu à aménager de terrains ! Contrainte à avancer des sommes conséquentes pour couvrir les dépenses engendrées par les travaux de viabilisation du lotissement, les communes peuvent instaurer une taxe, dite taxe d'aménagement. Payable une seule fois par les acquéreurs des terrains, son taux était resté symbolique à 1%; considérant qu'il peut dépasser 10% dans certaines communes proches, sur proposition du maire, le taux est fixé à 4%. 

.

LA FIN DE LA REUNION
Questions diverses
Personne n'ayant de sujet à aborder ou de question à poser, M. le maire prend la parole. C'est sur un ton grave qu'il s'adresse au conseil.

Il souhaite nous faire part de son ressenti et du constat qu'il tire de sa courte mais déjà riche expérience au poste de premier édile.
Après avoir consacré beaucoup de temps à un important travail d'archivage, de classement, d'inventaire, de prise de contacts, il commence à pouvoir prendre un peu de recul et de hauteur. Il nous fait une remarquable synthèse de la situation.

- Sa première remarque, c'est que la fonction est incroyablement usante et chronophage; il nous détaille sa journée de la veille, réunion tout le matin à pétaouchnoc, à 13 heures et quelques, repas sur le pouce, retour à la mairie avant 14 heures pour essayer de contacter des services administratifs décimés par les « réformes », si surchargés qu'un appel en cours d'après-midi a peu de chances d'aboutir avant la fermeture du service. La réduction du nombre de fonctionnaires, menée depuis des décennies montre ses effets directs, mais aussi ses effets pervers. En matière d’organisation du territoire, l’administration couvrait tout le pays avec ses services naturellement décentralisés. Aujourd’hui, alors que l’on ne parle que de décentralisation, il n’y aura bientôt plus personne nulle part. Le moindre renseignement pour une petite commune qui ne dispose évidemment pas de services spécifiques (urbanisme, fiscalité, environnement…) se solde par des heures de musique... d’attente. La moindre initiative requiert, non pas des heures de travail, mais des heures de téléphone, et le manque de personnel se fait aussi ressentir dans le traitement des dossiers par des services en sous effectifs constants. Ainsi il a fallu beaucoup plus de temps pour déterminer où installer l’abribus que pour le poser en quelques minutes avec le camion du marchand de bois et la grue du débardeur ; démontrant au passage l’efficacité de l’horizontalité chère à un philosophe Franc-Comtois célèbre : Proudhon. En ce qui concerne le lotissement, malgré toute la bonne volonté du maire, le chantier d’aménagement qui devrait être terminé, ne commencera, si tout va bien, qu’au mois de mars. D’ici là, Dieu sait quelles arguties pourraient être invoquées. Le maire se décrit comme s’il devait sans cesse marcher entravé avec des chaînes et chaussé avec des semelles de plomb. Cette fonction autrefois si convoitée est devenue un véritable sacerdoce, particulièrement dans les petites communes.

- Le deuxième sujet dont il tient à aviser tout le monde, concerne la situation financière de notre commune qui ne diffère pas de toutes celles qui nous sont comparables. L’attrition des dotations de l’État, Dotation Générale de Fonctionnement, Dotations de péréquation communale ; Dotation de Solidarité rurale, Dotation Nationale de Péréquation… ne permettent plus de faire face à ce qui relève des prérogatives de la commune alors que de nouvelles obligations s’amoncellent et que les prélèvements obligatoires explosent… La forêt, en crise, taxée, re-taxée (nouvelle Contribution Volontaire Obligatoire ), fragilisée ne permettra plus de dégager les excédents nécessaires pour subvenir à l’augmentation des dépenses imposées. La Taxe Professionnelle perçue par la commune grâce à l’installation et à la domiciliation de l’entreprise Razel à Belverne pendant les travaux de la 2X2 voies a été transférée à la CCRC en 2011 au moment de la mise en place du Pacte Financier et Fiscal. Cette opération avait pour objectif d’augmenter le Coefficient d’intégration Fiscale de la CCRC et par conséquent sa DGF. Un pacte avait alors été conclu entre la commune et la CCRC, par lequel celle-ci s’engageait à reverser le montant transféré, majoré de 1 %, à la commune, sous forme de fond de concours. Ce pacte nous a permis d’échapper aux effets de la suppression de la Taxe Professionnelle, perçue par les communes, et remplacée par la Contribution Foncière des Entreprises, perçue par les intercommunalités. Depuis 2006, la commune a bénéficié, sous forme de taxe Professionnelle d’abord, puis de fonds de concours versé par la CCRC ensuite (Communauté de Communes de Rahin et Chérimont), d'une somme qui, tout en étant passée de 30.000€ à 24.000€ par an représente encore aujourd’hui plus du double du montant des recettes des impôts locaux.

Au cours de cette période, notre commune a quitté la CCRC et rejoint la CCPH (Communauté de Communes du Pays d’Héricourt) qui, pour nous « accueillir » s’est engagée à respecter l’engagement pris avec la CCRC. Mais, désormais, certains élus de la CCPH remettraient en cause cette attribution... Par ailleurs, le service de l’eau est devenu une pompe à fric telle que, l’eau offerte gratuitement par la nature, gérée bénévolement par les élus, va néanmoins atteindre des coûts prohibitifs pour les usagers (obligations réglementaires nouvelles, taxation de tout ce qui sort de la source, et autres taxes en pagaille, sans parler de l'éventualité de la voir confier à Véolia par la CCPH…), et dans ce cas, ce ne seront plus les finances communales exsangues qui pourront maintenir le service à flot ! La gestion « en bon père de famille » des petites communes rurales va devenir intenable, sauf miracle.

- Le troisième point de ce carte sur table, c’est l’engagement ; M. le Maire confie avec sincérité que l’idée de raccrocher les gants lui traverse parfois l’esprit. Mais après avoir fait l’état des lieux avec tant de justesse, il ne peut s’empêcher de penser; il songe à passer à l’action. Pour résister, il cherche des solutions, sans céder à la facilité, sans tomber dans le piège que préconisaient les protocoles en 1903 ; (sixième protocole - « l’absorption des fortunes : Dépouiller l’aristocratie des Gentils de ses terres parce que leur indépendance est assurée par leurs ressources. Pour arriver à ce but, la meilleure méthode est d’élever les impôts et les taxes »). Pour nous, la seule solution, en attendant de se débarrasser de la mafia mondialiste qui a résolu d’asservir l’humanité, c’est de ne pas systématiquement courber le dos et de trouver de nouvelles ressources. Et le maire y travaille déjà ! C’est à l’aune du défi qui nous est lancé et dans cette perspective que le conseil doit faire bloc contre l’ennemi.

Le programme de ceux qui nous gouvernent, et pas seulement la camarilla actuelle, consiste à décourager les élus, faire exploser les dépenses communales, supprimer leurs ressources et endetter les communes. Par le fric, chasser les ruraux modestes des campagnes comme ils ont chassé le petit peuple de Paris à partir de 1871, asphyxier les communes et leur couper la tête, asservir les gens, voilà le point commun de toutes ces mesures. Le témoignage du maire ce soir, a été un véritable plaidoyer pour la ruralité et contre le mondialisme dont les effets, apparemment éparpillés, sont en fait parfaitement coordonnés, détruire toute autonomie, pour tout contrôler, regrouper le peuple dans l’habitat collectif urbain, asservir l’humanité tout entière. Exagéré ? Klaus Schwab, le gourou des ultra-riches expose leur programme sur le site du forum économique mondial de Davos (World Economic Forum) dont il est le président. Ils ne se cachent même plus : « You’ll own nothing and you’ll be happy »« Vous ne posséderez rien et vous serez heureux ».

Certains diront que nous sommes insignifiants, trop petits pour résister, mais nous sommes nombreux, le monde entier est en révolte et entre en résistance contre ce que les religieux, (du moins ceux qui ne sont pas lucifériens, mondialistes, covidistes), nomment de façon allégorique, le serpent, la Bête, le diable, Satan, Lucifer, les forces du Mal.

Le combat qui s’est engagé a une dimension toraïque, biblique, eschatologique (relative à la science de la fin des temps) et Macron lui-même l’a annoncé ; « Nous sommes en guerre » et « "La Bête de l’Évènement est là, et elle arrive." »; il est persuadé que la Bête, c'est lui. Si la presse « lèche c.. » en France ne moufte pas, la presse étrangère elle, ne s'y est pas trompée et ne manque pas une occasion de pousser Macron dans son délire ; et dans le cas du journal américain, Time magazine, ci-dessous, avec un sacré talent, ou un talent diabolique?

Photo 1 - TIME VOL.190 n°21 20/11/2017  Macron, next leader of Europe/ The Texas massacre

 

La fin des 2000 ans de Grâce, vraiment?

Ce monde complètement fou, l'instrumentalisation de cette plandémie et de ces retombées universelles plus délétères que le virus lui-même, la destruction de la santé, de l'hôpital, des personnels, des entreprises, du Droit, de l’État de droit, des libertés, l'atomisation des familles, de l'économie, des salariés, des peuples, c’est précisément ce dont il est question, plus particulièrement dans la deuxième partie de cet entretien publié le 24 novembre 2021. Le Rav (rabin) Dynovisz et ses deux invités s’opposent radicalement aux forces diaboliques obscures et éclairent de leur lumière les crises, économique, sanitaire, philosophique, spirituelle, toutes coordonnées et instrumentalisées, que nous traversons, et qui pourraient déboucher sur un nouveau champ de bataille... au sens propre. Ils analysent, expliquent de façon à la fois théologique (Nemrod) et académique (économie) comment les forces du Mal, les mafias politiques inféodées aux puissances d’argent, ont pris le pouvoir presque partout.

 

Titre de cette vidéo d’une richesse incroyable, censurée par Youtube, mais à voir et surtout écouter attentivement en cliquant sur ce lien :

Le monde est en danger - Rav Dynovisz cours avec Guy Milliere et M Ababou

 

Note importante : Le partage de cet entretien est aussi l’occasion de tordre le cou à une idée reçue très répandue faisant l’amalgame entre « Les protocoles des Sages de Sion » et « les Juifs ». Le Rav Dynovisz témoigne de l’erreur de cette fausse évidence et prouve par son engagement contre les forces du Mal d’où qu’elles viennent, que nous avons les mêmes ennemis. Si les protocoles attribuent à un auteur juif, l’écriture de ce brûlot, rien ne permet d’en être sûr et quand bien même, cela ne prouverait rien non plus. Cet ouvrage a d’ailleurs, déjà été vraiment ou faussement identifié à plusieurs reprises (Sergueï Nilus, Matweï Golowinsky…), et finalement, que l’auteur soit découvert ou qu’il reste inconnu n’a guère d’importance. Aujourd’hui, ce qui compte, c’est d’observer les progrès rapides dans la réalisation des protocoles; ce qui nous les fait considérer comme un livre d’histoire écrit par anticipation, une sorte de livre dont nous serions les victimes ou les héros ? Par extension, comme l’Histoire n’est pas tout à fait finie, on peut, sans "spoiler" la fin, s’étonner de la frénésie de nos gouvernants qui se dépêchent d’exécuter les dernières mesures...

Partager cet article
Repost0

commentaires